IEF Santé

Alerte sur la rougeole !

La France est confrontée, depuis 2008 à une épidémie de rougeole liée à une couverture vaccinale insuffisante de sa population.

La rougeole est une maladie virale très contagieuse (une personne
infectée peut contaminer 15 à 20 personnes non immunisées) qui touche
surtout les enfants et les adultes jeunes. Sa réputation de maladie
bénigne dans nos contrées n’est pas méritée au vu des complications
graves qui lui sont parfois associées, notamment cérébrales
(encéphalites 1 cas pour 1000) et pulmonaires.

La vaccination permet d’assurer une protection individuelle et
collective. La protection collective vise à réduire le risque de
contamination par un proche non vacciné, notamment chez les enfants de
moins de un an qui ne sont pas encore vaccinés et qui ne sont pas
protégés par des anticorps maternels, chez les femmes enceintes et les
sujets immunodéprimés (syndromes de déficit immunitaire congénitaux ou
acquis, traitements immunodépresseurs) qui ne peuvent être vaccinés. Cette protection collective n’est efficace que si 95% de la population est vaccinée.
Or la couverture vaccinale en France contre la rougeole varie de 62 à
88% selon les départements. Plusieurs mesures ont été prises par les
autorités sanitaires pour améliorer la couverture vaccinale.

La vaccination ROR (vaccin trivalent contre la rougeole, les
oreillons et la rubéole) est obligatoire chez les enfants nés à partir
du 1er janvier 2018.
Les enfants doivent recevoir deux doses de
vaccin, la première dose étant recommandée à l’âge de 12 mois. Chez le
nourrisson entrant en collectivité avant 12 mois, il est recommandé
d’administrer le vaccin à l’âge de 9 mois. Le statut vaccinal est
vérifié à l’entrée en collectivité. Il s’agit d’un vaccin à virus
atténués (contre-indiqué chez les sujets immunodéprimés et les femmes
enceintes) qui ne contient pas d’adjuvant à base d’aluminium. Une
vaccination dite de « rattrapage » est vivement recommandée pour les
enfants et les adultes nés après 1980 dont la vaccination n’est pas à
jour.

En cas de contact entre un sujet contagieux et un sujet potentiellement réceptif, la prévention post-exposition repose sur l’administration d’une dose de vaccin dans les 72 heures qui suivent le contact.
S’il existe une contre-indication à la vaccination, une injection de
gammaglobulines humaines polyvalentes par voie intramusculaire peut être
proposée. Rappelons que la rougeole est une maladie à déclaration
obligatoire qui doit être signalée à l’Agence Régionale de Santé (ARS).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *