IEF Santé

Maladie d’Alzheimer !

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative
dont la prévalence croît avec l’âge après 65 ans et qui se manifeste
par différents troubles neurocognitifs conduisant à une perte
progressive d’autonomie.

La MA est la première cause de troubles neurocognitifs et de dépendance majeure de la personne âgée.

Les formes familiales héréditaires sont rares et de transmission
autosomique dominante. Elles concernent des personnes dont les premiers
signes de la maladie débutent avant 65 ans voire beaucoup plus jeune. Le
diagnostic génétique consiste à identifier sur un prélèvement sanguin
une mutation génétique sur l’un des trois gènes suivants : préséniline
1, préséniline 2, APP. Les formes sporadiques sont de loin les plus
fréquentes, elles ont une origine multifactorielle associant facteurs de
risque génétiques et environnementaux.

Le diagnostic de maladie d’Alzheimer s’appuie sur des tests neuropsychologiques, des techniques de neuro-imagerie et des examens biologiques (sang et LCR).

L’approche pharmacologique du traitement est à ce jour décevante. Les
inhibiteurs des cholinestérases n’ont pas fait la preuve d’un service
médical rendu, ils ont de nombreux effets indésirables et ils sont de ce
fait déremboursés. Les molécules visant la cascade amyloïde (anticorps
monoclonaux visant le peptide Aβ, inhibiteurs de la β-sécrétase..) sont
toujours en cours d’évaluation. Les psychotropes, notamment les
neuroleptiques, doivent être utilisés avec la plus grande prudence dans
le traitement des troubles perturbateurs.

Au mois de mai 2018, la Haute Autorité de Santé (HAS) a
publié une mise à jour très détaillée des recommandations sur la prise
en charge individualisée des patients souffrant de la maladie
d’Alzheimer.
Ce programme repose entre autres sur la
stimulation cognitive, l’activité physique, la conservation du lien
social et le contrôle des facteurs de risque vasculaires et
nutritionnels. L’objectif est de maintenir un certain niveau d’autonomie et de bien-être,
de prévenir les complications fonctionnelles et de maintenir dans la
mesure du possible le patient à son domicile. Le soutien aux aidants est
capital.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *